Cuban National Circus

Circuba was created in 1981, it is considered the third most important circus festival after the Festival International du Cirque de Monte-Carlo and the Festival Mondial du Cirque de Demain in Paris. Every year some artists come from neighbouring countries like Mexico or Colombia to participate. But the 2015 tour is special because, for the first time in history, two young Americans are invited to join the rest of the troupe. A symbolically charged presence, while the diplomatic rapprochement between Cuba and the United States is imminent. For nearly seven weeks, the troupe travels the whole country, from town to town, for a total of 75 performances.

Le festival Circuba est le plus grand festival de cirque latino-américain. Il fut créé à Cuba en 1981 et accueille chaque année des artistes venus des pays voisins comme le Mexique, la Colombie, le Venezuela, le Pérou, l’Argentine…

Pendant près de huit semaines, l’ensemble de l’équipe traverse le pays de ville en ville, pour un total de 75 représentations. Partout où il passe, le cirque est acclamé à Cuba. Pourtant, la richesse culturelle de ce pays, en plein processus d’ouverture, arrive encore rarement jusqu’à nous. Au travers de cette série j’ai voulu montrer la beauté d’instants particuliers que vivent ces femmes artistes circassiennes au cours de la tournée. Des moments de fierté mais aussi parfois de mélancolie.

La vie d’un artiste de cirque est une vie d’errant, de déraciné, mais aussi d’une richesse exceptionnelle faite de rencontres et d’émotions. Il en faut de la force pour s’engager dans une tournée de deux mois, loin des siens, en autarcie complète avec des gens venus d’autres horizons, si différents de soi. Il en faut de la curiosité, du courage, pour aller porter son talent au plus haut dans les airs et le faire voir au monde. Il en faut de la témérité pour s’élever et danser, parfois à des dizaines de mètres au-dessus du sol. C’est la force de ces artistes que j’ai voulu montrer. Leur force et leurs fragilités.

« L’univers du cirque porte en lui quelque chose d’une mélancolie sacrée, entre ombre et lumière. Alors que leur métier consiste à procurer de la joie aux autres, les artistes de cirque vivent bien souvent dans des conditions précaires et surtout en marge de la société. C’est ce qui m’a fasciné dans cette aventure cubaine, l’incongruité de la vie de ces artistes, mais aussi leur générosité, et leurs moments de solitude. J’ai voulu capturer des instants que le spectateur n’a pas l’occasion de voir, parce que porter à la connaissance de chacun la différence, c’est la rendre belle aux yeux de tous ».