« Créer c’est aussi savoir être réceptive à l’inattendu » _Sandy Sun_

Ainsi s’achève la semaine de colloques consacrée au cirque à l’Université Paul Valéry. Une semaine riche en rencontres où l’on a parlé recherche et création.

A cette occasion j’ai décidé de dévoiler ma première réalisation vidéo pour Charlène Dray, une jeune et brillante artiste, chercheuse et éthologue qui étudie le comportement du cheval en tant que partenaire de création. Elle n’impose rien à l’animal, elle s’adapte à lui et ensemble ils créent un univers emprunt de poésie et d’ingéniosité. Charlène, comme d’autres circassiens, est sans doute héritière spirituelle de Léonard de Vinci. Ses créations me rappellent le somptueux Théâtre Dromesko dont je suis fan absolu. Si vous ne le connaissez pas je vous invite à le découvrir par ici.

Au cours de cette semaine nous avons pu également entendre l’histoire de Sandy Sun, médaillée d’or au trapèze au Festival Mondial du Cirque de Demain, qui malgré une terrible chute qui lui causa une fracture de la colonne vertébrale, remonta au trapèze et développa brillamment sa propre technique, pour la partager et former de nombreux trapézistes dans le monde. Une émouvante histoire de résilience humaine.

On y a également découvert quelques épisodes de la web série « Malabarista » où les jeunes réalisateurs de la maison de production Blacklionsfilm mettent en avant les jongleurs de rue, ces artistes marginaux qui gagnent leur vie au feu rouge et emplissent la ville de divertissement et de poésie. Un portrait multiple, ponctué des lumineuses interventions de Philippe Goudard, maître en la matière.

Il a aussi été question de William Wegman, ce photographe mondialement reconnu qui met en scène et photographie ses chiens. Il est intéressant de constater que là aussi, l’animal se prête volontiers au jeu et devient partenaire de création. Si vous ne connaissez pas son travail, je vous invite à le découvrir, car il est vraiment unique!

Bien sûr, cette liste de découvertes est non exhaustive et pour les plus curieux, il faudra venir l’année prochaine. Heureusement il vous reste la possibilité de venir découvrir l’exposition photographique, visible dans le hall de la Bibliothèque Universitaire Ramon Llull jusqu’au 25 mai.

Ci-dessous découvrez un aperçu de la résidence de création de Charlène au Théâtre de Grasse, Hippolab 2