« I don’t take pictures, pictures take me » _Charles Harbutt_

Temps suspendu.

Après une sélection pour l’exposition collective « Noir c’est noir » organisée par la ville de Montpellier à la Maison Pour Tous Boris Vian qui n’aura eu que très peu de temps pour accueillir le public, voilà qu’une autre sélection, celle pour le festival des nuits photographiques de Pierrevert reste en suspens. La manifestation qui se tient habituellement en juillet aura-t’elle lieu, pourrais-je y rencontrer l’un de mes maîtres à penser, le parrain de l’édition 2020, le grand humaniste Yann Arthus Bertrand?

Seul le temps nous le dira.

Grâce à Jacques Fournier, commissaire de l’exposition « Noir c’est noir » les photographes sélectionnés ont tout de même pu recevoir une rétrospective de l’exposition magnifiquement montée, visible ci-dessous:


J’y présentais une série de portraits sur le thème de la mélancolie. Voici le texte de présentation de la démarche:

« Saudade »

« Noir c’est Noir, cette thématique m’évoque le clair-obscur, c’est à dire l’opposition des lumières et des ombres, et donc la mélancolie.

Voici une sélection de portraits, réalisés au cours de ces dernières années, de personnalités locales ou d’ailleurs, où l’on peut percevoir ces moments d’égarements de l’esprit. Ces moments où l’esprit s’absente, pour divaguer un peu, pour une pensée noire, noire en ce sens qu’elle évoque quelque chose de perdu, ou de révolu, la nostalgie ou la mélancolie en somme, la saudade comme disent les brésiliens.

Qu’importe la couleur de peau, qu’importe la nationalité, partout dans le monde, ce qui nous réunit, ce sont nos émotions. Ainsi la notion de « là-bas » n’est pas la même pour tout le monde, et devient pourtant un sentiment commun à tous les hommes, au sens large du terme. Ce là-bas qui manque, parce qu’il est loin ou parce qu’il n’est plus. C’est exactement cela la saudade.

Obscures, sombres, noires, ces pensées, aussi furtives soient-elles, ce sont bien elles que j’ai capté dans ces différentes rencontres. Parce que c’est de l’obscurité que naît la lumière. Et que nous avons tous nos propres parts d’ombres. »

Ce mois d’avril s’accompagne d’une bonne nouvelle puisque mon reportage sur les coulisses du cirque national cubain a obtenu une belle publication, 6 pages dans le magazine Réponses Photomon travail sur le célèbre photographe humaniste malgache Pierrot Men avait aussi été publié. Le magazine s’adresse aux passionnés, néophytes ou plus expérimentés, il est très bien fait et je vous le recommande vivement! Disponible chez tous les marchands de journaux. N’oubliez pas votre masque et votre flacon de gel hydroalcoolique!

Voici la couverture du Réponses Photo n° 332

Pour ceux qui n’auraient pas la possibilité de l’obtenir, vous pouvez en savoir un peu plus sur le contenu du reportage dans cet article qui contient le texte de présentation du reportage que j’avais proposé dans le cadre du Prix Mentor à Perpignan en septembre 2019.

En espérant vous retrouver le dernier weekend de juillet à Pierrevert!

Artistiquement vôtre,

A.C