Le Canal des Pangalanes et ses habitants

A Madagascar, c’est le général français Joseph Gallieni qui lança le projet de construction du canal des Pangalanes sous l’ère coloniale. La végétation luxuriante de la côte Est empêchait la construction de routes, c’est pourquoi il fut décidé en 1896 de lancer les travaux pour créer ce canal long de 700 km. Près de 300 personnes furent réquisitionnées et sa construction fut achevée après huit années de dur labeur. 

Aujourd’hui, le canal permet le transport des marchandises de Farafangana à Toamasina (Tamatave), le port principal du pays. Devenu indispensable à la survie des autochtones, source de nourriture, le canal sert aux pêcheurs comme aux piroguiers qui transportent les ressources alimentaires d’un village à l’autre. Ainsi voyagent la canne a sucre, le rhum, le clou de girofle, le poivre, le poisson séché et différents objets d’artisanat faits à base de tissage de joncs, de rabane et de fougère. Précieux, le canal sert aussi de salle de bain comme de lieu de détente. Entre jacinthes d’eau et nénuphars, la population regroupée sur ses rives s’y lave, utilise son eau pour cuisiner, et pour le bétail.

Dans les villages, pas d’électricité, quelques cases traditionnelles sur pilotis, des pirogues faites de troncs d’arbre évidés, et partout grouille la jeunesse. Malgré les conditions rudimentaires, les règles d’hygiène souvent méconnues et le manque de moyen matériels, les habitants du canal des Pangalanes semblent vivre une vie paisible, au rythme de l’écoulement du canal, au fil de l’eau. 

In the mangrove, the inhabitants live in houses on stilts. Dans la mangrove, les habitants vivent dans des maisons sur pilotis.
These young people have just gotten off the boat bus, they will reach their village after several hours of walking. A peasant passes on the way. Ces jeunes gens viennent de descendre du bateau bus, ils rejoindront leur village après plusieurs heures de marche. Un paysan passe sur le chemin.
A farmer and his son watch the bus boat passing by. Un paysan et son fils observent le bateau bus qui passe devant eux.
A young, dreamy woman reaches her home on the boat bus. Une jeune femme, rêveuse, rejoint son domicile grâce au bateau bus.
A zebu keeper and his herd on the banks of the canal. Un gardien de zébus et son troupeau sur les rives du canal.
Here is a scene of daily life on the banks of the canal. Voici une scène de vie quotidienne sur les rives du canal.
In a village, behind a shop, a very young child sucks a mango. He was left in a canoe. A duck passes. Dans un village, à l’arrière d une boutique, un très jeune enfant suce une mangue. On l’a laissé dans une pirogue. Un canard passe.
On larger boats, rice is cooked in large aluminum pans to feed the passengers. Sur les plus gros bateaux, on fait cuire du riz dans de grosses casseroles en aluminium pour nourrir les passagers.
In the mangrove, the inhabitants live in houses on stilts. Cet homme remplit un seau d eau pour faire sa toilette sur le radeau. Au loin on reconnait les fameuses oreilles d’éléphant, typiques de la végétation malgache.
The boat bus makes a stop to unload some goods at this location on the shore. Le bateau bus fait un stop pour décharger quelques marchandises a cet endroit de la rive.
Transport of men and goods on the roof of this raft. The yellow cans contain toka, alcohol, drink that makes you laugh literally in Malagasy. Transport d hommes et de marchandises sur le toit de ce radeau. Les bidons jaunes contiennent du toka, de l alcool, boisson qui fait rire littéralement en malgache.
A young woman cuts a mango on the boat. Une jeune femme coupe une mangue sur le bateau.
A man is fishing in the canal from his pirogue. Un homme pêche dans le canal depuis sa pirogue.
Peaceful life continues on the Pangalanes Canal. La vie paisible poursuit son cours sur le Canal des Pangalanes.
At the end of the day, these women return to their village. A la tombée du jour, ces femmes regagnent leur village.
These two women chat before the storm. Ces deux femmes discutent avant l’orage.